Déflaboxe

11 morceaux

  • 01

    Intro

  • 02

    Round 1

    Paroles

    Round 1

    Pugiliste sans talent,
    sans nul autre dessein
    que de prendre le moins
    de coups de gant
    sur mon nez rouge comme l'enfer
    je danse sur le ring comme si je savais le faire
    observez bien sous mon front
    s'exorbitent des yeux tout bons
    je suis le grand des grands faire-valoir,
    j'encaisse dans mon foie du mal dans un tiroir
    et pour un morceau de sou, j'avale des coups
    et par les soirs, comme dans un verre
    je bois du nul, balbutiant ?Notre Père?
    et je danse,
    et je danse...danser, danser...
    Et dans le temps de le rire,
    je tomberai là dans le combat,
    on me fera un compte de dix
    et je vais souffrir sans pleurer,
    cherchant le vin et le calice
    martyrisé, indignisé
    sombrant en son précipice
    qu'est-ce que le l'homme est foncé
    non mais qu'est-ce que l'homme est triste.
    Pour avoir vu si souvent
    d'aussi près le plancher
    je pourrais être (tant pis)
    dans un magasin vendeur de tapis
    Aujourd'hui redebout,
    presque frais et digne,
    j'avance fier mais surtout
    le ding fait ding...

    Alors assis dans le coin aigre
    d'un paradis ridicule,
    on m'asperge de vinaigre
    et on m'aère les testicules
    on me fait cracher dans un bol
    on m'aplatit le visage
    je crache en levant du sol
    tellement je crache mon âge.
    Des souvenirs me jaillissent
    du crâne jusqu'aux membres inférieurs,
    ça pète comme du maïs
    ça boum comme du c?ur
    ils me rappellent que je plisse
    derrière le temps qui passe
    me ramènent à moi dans le supplice
    du perdant qui s'encrasse.

  • 03

    Round 2

    Paroles

    Round 2

    Chiffon juteux, je me lève
    le cul glissant, le pied d'athlète,
    le sang chaud qui crève
    d'un cerveau mou qui brète
    voyez, des deux, c'est moi l'imbécile
    je singe les méchants,
    je dégouline et hyperventile
    je m'abîme dans le champ
    je sais bien qu'il va me défigurer
    je le sais bien
    je sais bien qu'il va me défigurer, je le sais...
    Je tiens croche sous mon poids
    mais je tiens quand même debout.
    Le match est jeune et vert
    l'alcool coule à flot.
    Je suis vieux et me fiance à l'air
    de l'aréna où il fait chaud
    y fond mon temps, y fond mon drame,
    tous deux comme des métaux
    je ne suis pas élégant mais je suis calme
    ah les Hommes sont aussi des animaux.
    Je tourne, tournoie,
    avance et recule,
    je suis un dindon Canadois
    qui veux être grave pas ridicule,
    j'existe pour statisticiens
    sur du papier-peint noir
    je suis le trépas des batraciens
    massif et sans retard

    PAF PAF, PAF ET REPAF!!!
    je perds mon protecteur buccal
    je suis le repas des cannibales
    ça chante et ça chahute
    je bous dans le chaudron et je cale
    tohu-bohu sauvage et moi je jute
    je tourne, tournoie et danse,
    l'océan me brûle les yeux,
    j'aboie, je crie, je lance
    je lance : ?Où est mon père? Où est Dieu??

    Dieu est un mot dit
    par l'Homme sans lendemain
    quand il est mieux, il l'oublie
    quand il retombe de nouveau,
    quand il retombe, s'en souvient...

  • 04

    Round 3

    Paroles

    Round 3

    Je vais mieux
    mon corps vibre et se soigne
    ses pompiers, ses docteurs, ses ramancheux
    concourent en mon corps et gagnent.
    Je le vois ce pantin
    frais comme un brouillard auroral
    maillot rouge et regard de crétin
    il est ici chez lui ce putois boréal.
    Je vais fendre son visage et puis
    lui obstruer l'avenir après
    écrapoutir son foie aussi
    investir son cervelet
    et...

    Bang!!!

    L'air n'est plus à mon corps
    qu'un souvenir épais,
    j'étouffe, j'étouffe
    le jour s'enfuit
    je tombe, il fait de moi un objet dont il jouit
    les sons deviennent des gaz
    je suis un fantôme indéfini,
    l'Homme se croit grandi même quand il écrase
    d'insignifiants motifs sur le tapis
    moi, poisson plat, moi poisson-Monet
    le mal et le visage défait
    les plis et les yeux violets
    qu'est-ce que je suis laid,
    qu'est-ce que je suis laid
    je suis laid, je suis si laid
    bang, bang bang, bang, bang bang bang
    bang bang, bang,
    venez voir mon avaloir lippu
    se tordre, gluant et nu
    s'abreuver à mon nez tordu
    voir mon front faire le mou pas cuit
    voir aussi les choux où entre le bruit
    je vois un diable souriant
    spectaculaire et pressant
    qu'enfin l'homme que je suis se relève
    d'autant que les dix commandements
    s'achèvent...ils s'achèvent...ils s'achèvent...
    les dix commandements
    s'achèvent...ils s'achèvent...

    ...et je reviens...peu à peu...
    Conscient, mon regard revoit
    on fait quatre, on fait cinq, on fait six,
    on fait huit, on fait neuf enfin dix
    là!!! je suis droit!!!!

    Là je suis droit, je me bats
    c'est un printemps, un dégel
    c'est moi, tout éveillé, bien alerte
    je suis un petit bazou manuel
    fiable mais inquiétant quand on l'achète.
    Je pourrais être un hélicoptère
    guillotinant ceux qui pensent
    que mon avenir n'est plus que derrière
    que mon déclin s'incarne quand mes pieds dansent
    bang, bang bang, bang bang,
    ai-je encore l'âge de ce métier?
    De ce cirque insensé, sourire, souriant,
    me surnomme-t-on ?Le Fini Magnifique? allez...
    ?Le Grotesque Frappe-Dedans??
    Qu'il est loin le temps de mon vrai visage
    dont les traits arrondis faisaient du faciès l'éventail
    du garçon doux et sage et en gage
    de cerveau, du calme sous des cheveux au kilo
    des rêves intacts, des rêves étanches
    et des sentiments en vrac au comptoir du dimanche
    sous les traumas coulait doucement
    du nectar bien avant le sang,
    ce sang est aujourd'hui
    un dérivé de latex
    un peu pauvre qui me conduit
    dans un système complexe.
    Quelqu'un quelque part
    ne voudrait-il pas sur moi par hasard
    souffler un tout petit vent de changement?
    Clash et Clash et Boum
    Clash et Clash et Boum
    il est si rapide
    je suis si lent
    si lent...

  • 05

    Round 4

    Paroles

    Round 4

    Le lac est un miroir
    le ciel, son ami intense
    quelques nuages s'offrent au soir
    je m'agrippe à ces trois silences
    je vogue sur du verre
    des ocres et des rouges explosent
    dans le firmament des astres
    nus devant le monde posent
    des papillons sautillent
    sur un plan liquide et noir
    sous lequel des crapets dégoupillent
    l'engin de leur appétit obligatoire
    un hydravion se pose
    de loin un moteur beugle
    est-ce un taureau qui vole et qui ose
    parier sur l'humour des aveugles?
    Le soleil se couche
    le continent fait semblant de rien
    un seul sillon sur le lac me touche
    moi, champion du monde demain...
    Il me rentre dedans
    en frappant comme un primate!!!
    sans nul autre objet que son talent
    moi sans nul autre talent que le mien : absent
    il fait chaud, je ne suis pas, n'ai jamais été
    que le légume talé d'un fantasme
    moins que du nil et son pléonasme
    l'échantillon d'un petit rien bâclé
    où est mon père?
    Le temps m'agace!!!

    De retour du large
    le sable effectue l'accueil
    avec son sourire
    à tout mon être, lui, un peu dans son cercueil
    c'est vrai qu'il est fort
    son art, son maillot, son style
    tout se construit sans effort
    il est le plus grand je ne suis pas imbécile.
    Mon ange gardien moi était un coq
    un jour je l'ai aperçu
    il était rouge, noir et ventriloque
    en plein combat, il me volait au-dessus.
    Et sans que son bec ne s'active
    il me dictait ses enseignements
    mais moi qui suis unilingue, je n'ai pu le suivre
    volatile hispanique, tu ne gardais que mon tourment
    ?BA BA BA BABOIP BABOIP? me disait-il
    que dis-tu le coq, que dis-tu?
    ?BA BA BA BABOIP BABOIP?
    mais je ne comprenais rien, c'était si subtil
    RÉPÈTE LE COQ, RÉPÈTE
    RÉPÈTE JE T'EN PRIE LE COQ, RÉPÈTE!!!
    et puis j'ai saisi le message...
    et puis j'ai saisi le message pas très doux :
    FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK FUCK YOUUUUUUUUUU!!!
    Je n'ai jamais rien remporté que par défaut
    j'en ai fait mon insignifiant salaire
    j'ai toujours, toujours perdu par K.O.
    ça crée rarement des lendemains
    ou alors, ça en crée de très très ordinaires.

  • 06

    Round 5

    Paroles

    Round 5

    Je contredanse
    balourd je puise à un fruit sec
    un jus raréfié mais je contredanse.
    Le public s'excite,
    il refait soleil sur mon gris
    On ne m'a jamais appris
    à me fixer ailleurs que dans le moche
    dans un mieux que rien que j'enduis
    d'irrespect du moi, je m'en effiloche
    je m'en effiloche...
    J'ai longtemps cru que l'homme réussit
    en autant qu'il soit chanceux,
    que le bonheur lui est transmis
    par les sentiers d'un St-Hasardeux
    je suis entré en ce monde
    par deux gants inhospitaliers
    comment aurais-je dû savoir qu'à cet instant
    il me fallait désobéir, tout au moins refuser, refuser...
    refuser d'emprunter les chemins que mon père
    m'avait fatalement creusés,
    Quand même il ne faut pas exagérer,
    je n'étais après tout qu'un nouveau-né!!!
    deux gants aseptisés...deux gants....
    Pafff!!! Pafff!!!
    j'en reçois un, écervelant,
    presque illégalisé...
    ça me fait plonger,



    ç
    a
    m
    e
    d
    o
    n
    n
    e

    l
    e

    g
    o
    û
    t
    d
    e
    m
    e
    l a i s s e r a l l e r...

    Ça me donne le goût de

    m
    e l
    a
    i s s e r t
    o m
    b e r...





    MON ENTRAÎNEUR, SES CONSEILS

    MES GENOUX, JE PENSE À MES GENOUX!!!

    NE PLIEZ PAS, NE PLIEZ PAS

    MON SANG ME SENT PAR CENT

    JE VOUS EN PRIE TENEZ-MOI!!!

    LE DING VITE TOI VIENT INNOCENT!!!

    JE ME PROTÈGE MAIS L'ENNEMI SE DÉCHAÎNE

    LE TEMPS VITE LES INSTANTS!!!

    PASSEZ, PASSEZ, ALLEZ ON ENCHAÎNE!!!

    LES CÂBLES!!! LES CÂBLES, RETENEZ-MOI

    VOUS LES POUMONS, FAITES-MOI SIGNE!!!

    TOI LE COEUR, LE COEUR POMPE, POMPE
    POMPE, POMPE!!!!










    Satellisé,
    je suis un caillou orbitalisé
    dans mon petit quatre-vingt-dix degrés
    on me sparadrape, on me Q-tipe le moteur
    tiens! j'ai des visiteurs...
    entre autres, un docteur médicamenteux,
    encore un pro devant moi, nerveux
    tout mais jamais rien de féminin
    pas même un verre d'alcool bénin
    j'en trépigne, oh! j'en trépigne
    pas même un seul petit bouquet...

  • 07

    Round 6

    Paroles

    Round 6

    Ce qui ferait mon coeur amoureux :
    un espace frais et chlorophilien
    les nénuphars d'un marais bleu
    et de gras ouaouarons presque porcins
    aussi des champignons comestibles
    les plus digestes, les plus sympathiques
    des spécimens dûment éligibles
    au catalogue des plus gastronomiques.
    Du monde animalier, on verrait bien
    des sujets convoités et complexes
    certains groupes, ailleurs éteints
    vivraient chez moi dans les deux sexes
    et puis...un gîte habilement décoré
    sous de grands saules évanouis
    des oiseaux joyeux, le vent approprié
    un jour infini dont jamais le soir nuit
    des étangs et du sable cristallin
    où seraient plantés des parasols de coton
    et des spiritueux aux goûts fins
    couleraient des érables dans des bidons.
    Voilà ce qui ferait mon c?ur amoureux...

    Il est trop confiant
    les autres l'étaient mais lui
    un rien le fait fendant
    je le frapperais même pour gratuit
    puis j'ai moins peur pour mon pif
    aplati et engourdi
    j'ai l'entraînement des coups carabinés et vifs
    lui, ah lui...se croit des Dieux béni...


    Il n'est pas tranquille
    il s'énerve je le sens
    je devais tomber vite et facile
    du moins tel était son plan
    me crucifier, crier ?À Boire!!!?
    et l'emporter au paradis
    Il frappe. Je suis gelé.
    Je n'ai pourtant rien pris
    ni par l'estomac ni par le fessier
    ni par l'anus mais c'est tout comme si.
    Mon corps ne m'appartient plus
    c'est un bloc glacé du grand nord
    partant du front jusqu'au cul
    du égal, du neutre, presque du mort.
    Imaginez-moi au ralenti:
    un gant de cuir s'élance
    se dirige sur mon pauvre nez
    qui lui, sans se priver de son sens
    inspire mal de l'air vicié et BANG!!!
    SPLISHSPLASH dans les premiers rangs!!!
    cheveux dynamités, du ketchup pour tout le monde!!!
    un autre gant hésite, c'est qu'il fait l'intrigant!!!
    mon ventre en reçoit les égards et BANG!!!
    SPLISHSPLASH 2 dans les seconds rangs!!!
    du liquide cannebergé vous tombe
    sur les t-shirts javelisés.
    Voilà pour moi de petits moments bien sombres
    de petits moments bien sombres.






    EN AVEZ-VOUS POUR VOTRE ARGENT???J'AI DIT...
    J'AI DIT : EN AVEZ-VOUS POUR VOTRE ARGENT???
    ÊTES-VOUS CONTENT???
    JE VOUS PARLE : ÊTES-VOUS CONTENT???
    Ce sera mon dernier combat
    non pas qu'il soit perdu non...
    Au contraire, admirez les mouvements,
    observez le pas,
    non franchement, vaincu ou gagnant
    ce sera mon dernier combat.
    ce le sera...

  • 08

    Round 7

    Paroles

    Round 7

    Meringue, chachacha, foxtrot
    mon slip tout brillant se meurt
    sous le maillot dont je me culotte
    il a l'éclat du soleil et du beurre.
    Je me voyais tellement aux États-Unis
    embrassé par un groupe d'élus
    entouré d'hurluberlus décatis
    adulant les invaincus
    À moi les gens riches et célèbres!!!
    l'avis des experts, des savants qui n'ont
    rien à faire des gens chiches et funèbres
    que ça saute!!!
    Adieu les autres!!!
    mais pour l'instant cet adversaire :
    l'insérer dans le marmeladier
    l'injurier, le briser, son liquide l'en extraire
    le faire poisson, hareng à fumer
    le prendre pour un raisin puis, l'écrapoutir
    le bombarder d'obus, pire,
    lui balancer des citrons nucléaires
    sur ses terrains règlementaires
    Chanter ?J'aime New-York?
    en dansant sur les parquets de son moral,
    le saigner, je m'en moque
    faire de lui du sombre banal
    avoir trop d'un pouce pour le détruire
    trop d'un fil pour son cou rougi
    pas assez d'un âge pour l'haïr
    trop d'un moi pour un petit lui.


    Le travailler au buffet, sans abandon
    puis, dos aux juges, ne pas me gêner
    lui en échapper un sous le ceinturon
    lui faire un crâne sur son crâne cabossé.
    ...
    ...
    ...
    ...
    Juste un peu désobéir
    cesser un peu l'abus
    de peaufinage et m'enfuir
    loin où je ne serai pas à demi-nu
    j'en ai plus qu'assez
    de voir au bonheur, que dis-je, aux tourments
    de ceux qui me conseillent, encore plus outré
    de me faire pour eux malheureux et déficient
    ?Lève le menton, ne tourne pas le dos,
    ne baisse pas les bras, vois venir les coups
    bouge, virevolte, pas trop!!!?
    on m'achète à rabais, je suis fou.
    L'amour que j'ai de mon art
    est supérieur à tous vos talents : inexistants
    Vous les Saints,
    les ? je-ne-te-veux-que-du-bien?
    qui parasitez l'homme exploité
    oui vous, les pillards absolus
    moi je n'ai jamais rien fait pour mes intérêts
    j'aimais me battre, vous aimiez mes labeurs.
    Vous gagniez gros à ne rien faire
    vous vous colliez à moi, paresseux
    vous, vous minables imposteux...
    minables imposteux...

  • 09

    Round 8

    Paroles

    Round 8

    C'est du reflet
    dans la vie d'un nyctalope
    je le regarde dans ses deux réverbères
    je vis, je bebop
    je respire par mon temps
    de l'air filtré par le vide
    je vais au-delà de l'écran
    qui le déguise en intrépide
    je ne le crains plus
    ni lui ni moi qui saigne
    sur le ring, dans mon jus
    tout con qu'il est qui règne
    alors comment disposer
    de ce qui est mort en vous désormais?
    Tout simplement en s'accommodant
    de l'irréversible constat de décès.
    Ensuite prendre ce qui reste
    lui fixer un itinéraire
    celui d'un être libéré et leste
    jamais plus temporaire
    l'aviser de ses droits matinaux
    de ses droits plus qu'occasionnels
    de ses droits diététiques fondamentaux
    et lui remettre ses effets personnels
    qu'il ait enfin le courage de lui-même
    qu'il se tienne droit debout
    pour qu'enfin le monde le prenne
    tel qu'il est, tel qu'un tout



    je balance, ondule éc?ure
    je n'entends plus rien
    ni frère, ni père, ni moi en dedans
    ni rien de mes balbutiements
    je frappe et me fait frapper
    je danse et nous fais valser
    j'encaisse et casse à tout casser
    je donne à tout damner
    il faut bien en finir
    j'ai dit il faudra bien en finir, faudra bien
    faudra bien en finir, faudra bien

    Il le faut,

    Il le faut,

    Il

    le

    fauuuuuuut!!!

  • 10

    Round 9

    Paroles

    Round 9

    Avec ce que j'ai de mes yeux
    de ce que m'octroient leurs volets
    je regarde, curieux
    de mon petit tabouret,
    j'entrevois tout au bout
    du ring entaché et moins frais
    mon adversaire sous l'écrou
    d'un épuisement parfait.
    Il pue le désarroi solitaire
    nos corps huilés se répondent
    dans l'essoufflement incendiaire
    de nos projets immondes
    nous sommes dans un théâtre de bruit
    où des Romains s'impatientent
    ils voudraient bien savoir de qui
    ils se réjouiront qu'un lion éventre
    des cris et des jurons affluent
    dans l'écho de l'empire
    on me parle, je n'entends plus
    on m'éponge je transpire
    le public est nerveux
    le chronomètre fait du temps mort
    le public est peureux
    des parieurs auront eu tort
    partout des lâches se défoulent
    partout s'agitent des fous
    partout des hommes déboulent
    forts au-dessus mais faibles en dessous




    Qu'est-ce que je suis allé faire de moi?
    Qu'est-ce que je suis allé faire de mon cul?
    Comment ai-je pu le déposer là
    qui me fit perdre, démuni et demi-nu
    je faisais quoi pour survivre
    mais qui était donc ce jeune homme
    qui était donc ce jeune homme au regard de cuivre
    conquérant tout comme
    les galériens de peuples antiques
    séduit par les flots bleus mystérieux
    partant sans même de pneumatiques
    battre l'ennemi autant cruel que belliqueux?
    Où et quand suis-je tombé
    qui m'aura un jour battu pour vrai?
    Où et quand suis-je resté
    boxeur debout mais homme défait?
    Ça se déchire puis s'émoustille
    ça crépite et s'entrechoque
    je n'en peux plus, me recroqueville
    où est mon père, où est mon coq?
    Voilà que le zèbre se flanque
    au centre du ring, gestes sur gestes
    dois-je comprendre, le souffle me manque
    que c'est terminé? qu'est-ce qu'il est preste!
    des médecins et des spécialistes
    compétents dans leurs métiers,
    déclarent, unanimes pas même tristes
    que leur client doit s'incliner...







    Salut le macaque
    tu vois, tu te croyais invincible
    enragé et sans obstacle
    toi projecteur, moi fusible
    aspergez-moi, désinfectez-moi
    libérez mes testicules
    venez me reconduire dans un bois
    et oubliez mon matricule
    Salut Macaque!!!
    Hey Macaque, Salut!!!...

  • 11

    Round 10

    Paroles

    Round 10

    Pas de dixième ronde
    j'ai gagné, je suis content,
    les poules pourront pondre maintenant
    des poules avec des dents
    avant qu'on ne me revoie
    dans l'arène, à feu et à sang
    manger du cuir, recevoir le poids
    de la hargne d'un belligérant
    oublier...
    Je pars oublier
    cette vie de latrines,
    en me rinçant de la bouche
    le goût de l'hémoglobine
    je pars sentir la vie me toucher
    la sentir sans me défendre
    commencer d'abord par l'aimer
    puis, peu à peu l'apprendre
    oublier l'odeur de l'Homme
    de son vestiaire et de sa merde
    me réjouir du goût d'une pomme
    je prends la porte, voyez...
    avec élégance et superbe.