L'échec du matériel

14 morceaux

  • 01

    La fin de l'homme

    Paroles

    La fin de l'homme

    Comme il est partout
    Mais surtout dans ses valises
    Avant de disparaître
    Dieu vend ses églises
    Un arbre mort mais joli
    de forme heureuse
    l'est moins que ne le sera
    demain la tronçonneuse...

    La poésie est là, tout autour,
    fragile, fragile, fragile
    et puis c'est fini
    La beauté dispose
    et n'a besoin de personne
    Splendeur, grandeur,
    hauteur autour de soi
    fragile, fragile et solide à la fois
    la fin de l'Homme
    ne sera pas la fin du Monde


    J'aime l'inutile
    tout comme le fortuit
    et tente autant d'amour
    pour aujourd'hui
    Hors de tout doute raisonnable
    il n'y a que dans mon lit
    où demain soit bien plus que probable...

    La poésie est là, tout autour
    fragile, fragile, fragile
    et puis c'est fini
    La beauté dispose
    et n'a besoin de personne
    Splendeur, grandeur,
    hauteur autour de soi
    fragile, fragile et solide à la fois
    la fin de l'Homme
    ne sera pas la fin du Monde

  • 02

    Manière de parler

    Paroles

    Manière de parler

    UNE MANIÈRE DE PARLER

    Il fait ce qu'on lui demande
    réglé au quart de tour
    il couvre tous les angles
    des semis jusqu'aux labours
    C'est (bien sûr) une manière de parler

    Sous l'apparence, il n'y a personne
    Dans le corps n'habite pas d'homme
    C'est un phénomène, un génie
    Je n'y accorde aucun crédit quand
    dans le corps il n'y a pas d'homme

    Elle ne donne rien d'elle, elle mange tout de vous
    c'est la boulimie du Moi
    Elle vomirait, je crois, si vous étiez du chocolat
    C'est (bien sûr) une manière de parler

    Sous l'apparence non, pas de femme
    Dans le corps n'habite pas d'âme
    C'est un phénomène, un génie
    Je n'y accorde aucun crédit quand
    dans le corps il n'y a pas de femme

    Dans notre système
    Dans notre opulence
    nord-américaine
    se créent des carences
    Chez ceux qui possèdent beaucoup
    Qui confondent les bosses à des trous
    Que remplir n'emplit rien du tout

    Sous l'apparence, il n'y a personne
    Dans le corps n'habite pas d'homme
    C'est un phénomène, un génie
    Je n'y accorde aucun crédit quand
    dans le corps il n'y a pas d'homme
    Quand dans le corps n'habite pas d'âme
    C'est un phénomène, un génie
    Je n'y accorde aucun crédit quand
    dans le corps il n'y a personne







  • 03

    Télévision

    Paroles

    Télévision

    Soir de novembre, morne est mon automne
    Des chasseurs descendent tout ce qui bat de l'aile
    Ça fera la nouvelle intéressante ou pas
    Canard de plumes ou canard de bois

    Un hélicoptère du haut de son vide
    Capte un comportement répréhensible
    Pendant ce temps devant le Parlement
    Des femmes dénoncent, des hommes renoncent

    Et je suis seul dans mon salon
    Live devant ma télévision

    Soir de novembre morne et monotone
    Privé de lumière depuis l'après-midi
    Un loup est entré dans l'étable :
    Dans ma tasse de café, du café inéquitable

    Les semaines font comme des billes sur un chapelet
    Ce drôle de collier morbide et laid
    On les égrène et, sans surprise,
    en rétrospective, on a tourné en rond

    Et je suis seul dans mon salon
    Live devant ma télévision




  • 04

    Drôle de personne

    Paroles

    Drôle de personne

    Drôle de personne

    Cette drôle de personne est silencieuse
    Elle fait toujours très attention
    De n'attirer sur elle
    Que peu de réflexions
    Elle est secrète
    À la limite, elle vous embête

    À toute heure de pointe
    Sur les routes on la voit
    Toute prisonnière des ponts
    Toute prisonnière des autoroutes
    Et des artères
    Tuant le temps sur son cellulaire
    Dans une nouvelle forme de misère

    Elle vit à crédit
    À coup de débit, de male finance
    De male opulence
    Et n'a d'yeux que pour l'irrésistible
    De dieu que pour le blasphémer
    Elle fait sa prière dans les magasins
    Qu'on la laisse vivre
    Au-dessus de ses moyens

    Et si elle a comme ça devant elle
    Quelques beaux dollars en trop
    Ce n'est pas tant une bonne nouvelle
    Qu'une entourloupe d'impôt
    Ça ne dupe plus personne, allons,
    Un enfant pris la main
    Dans les bonbons

    Cette drôle de personne, je l'aime
    Pour nulle autre raison que c'est la mienne
    Si j'entrais, moi, dans votre histoire
    Je trouverais du sang sur vos rasoirs
    Ça ne regarderait nul ni personne
    C'est comme ça aussi que je raisonne
    Ça ne regarderait nul ni personne
    C'est comme ça aussi que je raisonne...

  • 05

    Fermeture définitive

    Paroles

    Fermeture définitive


    « Il ne nous reste pas d'option intéressante.
    Par conséquent, on se voit dans l'obligation
    de faire des mises à pied.
    Peut-être deux, peut-être trois
    à quatre cents employés,
    sans quoi nous devrons envisager
    une fermeture définitive. »

    « La crise étant ce qu'elle est et
    ce qu'on croit qu'elle sera,
    il serait idiot de ne pas limiter,
    au mieux, les dégâts et
    c'est peut-être temporaire,
    qu'une question de mois.
    L'émoi que vous cause la nouvelle
    n'est-il pas moindre que celui
    d'une fermeture définitive? »

    Étrange comme ceux qui appellent
    aux compromis soient incapables
    d'y répondre eux-mêmes...

    « Faire des mises à pied.
    Peut-être deux, peut-être trois
    à quatre cents employés.
    L'émoi que vous cause la nouvelle
    n'est-il pas moindre que celui
    d'une fermeture définitive? »

  • 06

    Amusements

  • 07

    Tout à coup

    Paroles

    Tout à coup

    QUAND ÇA FONDRA
    Un abri Tempo
    de la neige sale
    un sous zéro
    pas d'oiseaux
    pas d'étoiles

    Une porte de métro
    un vent sibérien
    zéro moins vingt
    facteur éolien

    Je me demande
    ce qui retient
    un homme en ville
    qui n'est plus certain
    d'aimer ce qu'il aime
    d'être ce qu'il est
    tout à coup

    Une souffleuse, une pelle
    un sac de sel
    un escalier de béton
    grugé par le gel

    Je préfère une
    tempête de neige
    à une tempête de bombes
    même à un clin d'oeil de cyclone

    L'hiver blanchit
    le fuseau horaire
    du glacier sur lequel je vis
    Il faudra prévoir du secours
    pour quand ça fondra
    à tout jamais,
    tout à coup

  • 08

    Plus

    Paroles

    Plus


    PLUS
    Plus tu m'enlèves ce que je veux
    Plus je le veux, plus je le désire
    L'envie, la jalousie se confondent
    En un tourbillon

    Plus on me sollicite
    Plus j'ouvre ma porte
    Plus j'invite et plus on m'incite
    À la faillite
    De ma spiritualité

    Plus tu m'offres, plus tu m'amoindris
    Moins je possède ce que j'ai
    Moins j'ai le goût de moi
    Moins je vois ni ne veux tout ce que j'ai

    Je veux du bien
    Le bien des autres
    Le bien de la terre entière
    Son bien matériel pour enfin
    Me satisfaire puis...recommencer

  • 09

    Demain, peut-être

  • 10

    La collision

    Paroles

    La collision

    La collision

    Il ne suffit pas
    pour nous deux
    de nous dire adieu
    Il nous faudra
    sans doute faire mourir
    tout ce qu'on sait
    de l'un et l'autre?

    Alors qu'en mai
    tout me rappelle
    à ton souvenir
    tu es la fleur
    tu es le bourgeon
    tu es la vie, mais
    pour moi, c'est tant pis

    La rivière qui coule,
    qui va, qui refoule
    et fonce sans pardon
    Sans trop le savoir
    tu m'as fait entrevoir
    un possible horizon

    Je crée ma vie
    je l'aime chaque jour
    et pourtant,
    moi, convaincu
    de bien me connaître,
    je ne suis jamais
    là où j'aimerais être

    J'ai gagné des villes
    en espérant m'y rencontrer
    mais je n'étais jamais
    aux rendez-vous
    Je n'étais pas
    là où je devais être

    La rivière qui coule,
    qui va, qui refoule
    et fonce sans pardon
    Sans trop le savoir
    tu m'as fait entrevoir
    un possible horizon

    Si on reste au même endroit
    un long moment tranquille
    entre-t-on peut-être pour de bon
    en collision avec soi


  • 11

    L'échec du matériel

    Paroles

    L'échec du matériel


    L'ÉCHEC DU MATÉRIEL

    Plus je m'assure
    sur la vie et sur les choses
    je me réveille chaque jour
    plus angoissé
    Les objets me hantent
    Je fais des cauchemars de brocantes
    où tout s'enfuit
    En sursaut, je me réveille

    Devant l'échec du matériel
    devant l'échec

    On peut me priver
    d'amour, mais pas de posséder
    Plutôt vendre mon âme
    et puis mourir
    Ma valeur marchande
    à la bourse de l'enfer
    est à la hausse
    à chaque angoisse qui me ronge

    Devant l'échec du matériel
    devant l'échec

    Faire marche arrière
    entreprendre un demi-tour
    est bien au-dessus
    de mes forces déployées
    à faire ce que doit
    ce que les choses attendent de moi
    à maintenir le monde
    avant qu'il ne s'effondre

    Devant l'échec du matériel
    devant l'échec
    Devant l'échec du matériel
    devant l'échec

  • 12

    Relié

    Paroles

    Relié


    Tombe la neige, moi, muet
    Comme ces fois où on m'abandonne
    Où on me laisse sur le quai
    non plus rattaché à personne

    Il y a le vent qui, soufflant,
    Assèche sur mon visage
    L'eau qui me fait pleurant
    Qu'on me laisse à moi-même
    Il y a le vent qui, soufflant,
    Assèche sur mon visage...

    Je sens le vide chaque jour
    De ne pas avoir valu la peine
    Je sais comment laisser tomber
    Tout comme on a su m'abandonner

    Il y a le vent qui, soufflant,
    Assèche sur mon visage
    L'eau qui me fait pleurant
    Qu'on me laisse à moi-même
    Il y a le vent qui, soufflant,
    Assèche sur mon visage...

    Je prends ta main comme ma main
    Je tremblais d'envie qu'on me la prenne
    Pour me sentir enfin lié
    Enfant relié, affilié

    Il y a le vent qui, soufflant,
    Assèche sur mon visage
    L'eau qui me fait pleurant
    Qu'on me laisse à moi-même
    Il y a le vent qui, soufflant,
    Assèche sur mon visage...

  • 13

    Je suis mort

    Paroles

    Je suis mort



    JE SUIS MORT (1961-...)

    Je suis mort
    Bel et bien mort
    C'est comme ça :
    il y a trépas d'homme ici-bas
    Le mien, clinique,
    sur un lit mécanique
    à manivelle
    Je n'ai pas le bonheur
    qu'on m'oublie comme
    tous les hommes
    qui meurent dans l'heure
    qu'on les dépose dans un trou

    Je perds ce monde
    Je gagne les ondes
    Je vais faire le fantôme,
    faire le fantôme...

  • 14

    Sports et loisirs

    Paroles

    Sports et loisirs


    SPORTS ET LOISIRS

    Je n'ai jamais plongé au fond
    que de moi-même (bis)
    Je n'ai jamais sauté plus haut
    que de moi-même
    Mais je n'ai jamais volé personne (bis)
    que moi-même

    Je n'ai jamais pêché le poisson
    qu'en moi-même (bis)
    Je n'ai jamais chassé
    que les démons de moi-même
    Mais je n'ai jamais tué personne (bis)
    que moi-même

    Je n'ai jamais joué aux échecs
    qu'en moi-même (bis)
    Je n'ai jamais coursé avec le stress
    qu'en moi-même
    (Je n'ai jamais stressé en course
    qu'avec moi-même)
    Et je n'ai jamais roulé personne (bis)
    que moi-même

    Qui voudrait me sauver de moi-même?
    Toi mon ambulance, mon urgence
    Ma sirène...